Choisir son vélo électrique en fonction de son utilisation

Ça y est, vous êtes convaincu après avoir mûrement réfléchi : le vélo à assistance électrique semble être la meilleure réponse à vos problèmes de déplacement quotidiens. Mais comment choisir un VAE ?

Rappelez-vous que le choix d’un vélo électrique sera déterminé en fonction de votre utilisation (régulière, sportive…), et de votre trajet (type, distance, durée…). Un essai en situation réelle permettra de valider la marque et le modèle sur lequel vous vous sentez le plus à l’aise.

Pour pédaler avec plaisir et pouvoir compter sur son VAE au quotidien, il faut garder en tête qu’un vélo électrique reste un vélo sur lequel vous allez pédaler. En dehors des considérations autour de l’assistance électrique, il faut que le vélo en lui-même vous convienne :

  • Qualité des composants mécaniques
  • Choix de la transmission (dérailleur ou vitesses dans le moyeu)
  • Type de freinage (V-brakes, freins tambours, freins à disques hydrauliques)
  • Dimension des roues (26, 27.5 ou 28 pouces)
  • Ergonomie générale

Bon à savoir : un vélo électrique est plus lourd et sa vitesse moyenne est plus élevée qu’un vélo classique. Pour votre sécurité, la qualité du freinage notamment, et la robustesse générale doivent être adaptées en conséquence. Mais le poids n’est pas réellement un critère de choix car l’effort supplémentaire est très largement compensé par l’assistance.

La partie spécifique du choix de la motorisation et du type de batterie devront impérativement être dimensionnés par rapport à vos besoins, à définir en détails en amont avec le conseiller qui vous accompagne sur votre projet vélo.

Le choix des accessoires ou des équipements spécifiques (porte-bagages, sacoches, paniers, garde-boue, etc.) sont aussi des éléments à prendre en compte pour une question de compatibilité.

Enfin, à chacun son style, à chacun son vélo : aujourd’hui, les constructeurs proposent tout autant de styles de vélos électriques que de styles de cyclistes. Le design fait partie intégrante des contraintes des fabricants qui jouent sur la géométrie, les couleurs, l’aspect mat/brillant, etc. Vous allez pouvoir vous faire plaisir !

A quoi sert un vélo électrique ?

A chaque vélo électrique son usage. Il convient donc de bien définir l’utilisation première de son vélo électrique pour trouver le modèle le plus adapté à son usage.

Savoir définir son besoin principal

Un utilisateur peut avoir tendance à souhaiter un « mouton à 5 pattes ». Il est fréquent de rechercher à la fois « un vélo électrique », mais qui dans l’idéal devrait être aussi « pliant », « confortable » et « léger ».

Or choisir, c’est renoncer ; la solution pour bien établir son cahier des charges revient à se concentrer sur l’utilisation à venir du VAE en répondant à ces questions :

Pourquoi choisit-on son vélo électrique ?

  • Pour monter des côtes ?
  • Pour parcourir de grandes distances ?
  • Pour arriver sans transpirer au bureau ?
  • Pour transporter ses enfants au quotidien ?
  • A-t-on besoin d’aller vite ?
  • Est-ce que le VAE servira en complément d’un autre moyen de transport ?
  • Est-ce que les arrêts/redémarrages sont susceptibles d’être fréquents ?
  • Est-ce que le vélo va être très chargé ou non ?

C’est bien l’utilisation principale du vélo électrique qui doit guider l’utilisateur dans son choix de sa monture et de ses équipements. Chacun aura des avantages et des inconvénients, l’essentiel étant que les avantages collent au plus près des besoins de l’utilisateur.

Si on segmente en gammes de vélos électriques, on peut grossièrement aligner cinq catégories pour l’utilitaire quotidien :

  • Vélo électrique urbain : trajets en ville, vélotaf.
  • VTC électrique : autrefois, on opposait souvent une utilisation ville/loisirs ; c’est moins d’actualité depuis que des fabricants ont commencé à concevoir des vélos mixtes, qui s’adapteront aux différentes envies des cyclistes (ex. Moustache) : ces vélos mixtes, que l’on catégorise parfois comme des « vélos tout chemin électrique », sont dotés d’équipements de protection (porte-bagages, garde-boue/bavette) et se veulent complètement passe-partout : vous aurez autant de plaisir à les utiliser au quotidien avec votre sacoche de travail que le week-end pour une sortie entre amis !
  • Vélo cargo électrique : conçu pour le transport d’enfants ou de charges lourdes en usage professionnel.
  • Vélo électrique speed ou speedelec : longs trajets (au-delà de 30 km hors-piste cyclable), notamment de périphérie ou en milieu rural.
  • Vélo pliant électrique : trajets en ville avec utilisation de transport en commun en complément, idéal pour les grands voyageurs qui combinent régulièrement train + vélo.

Enfin, si on est plutôt dans une démarche purement sportive, et selon sa pratique, on se tournera vers un vélo de route à assistance électrique ou un VTTAE.

Plusieurs cyclistes roulant sur des vélos électriques différents

Savoir calibrer la fréquence d’utilisation prévisionnelle

La fréquence d’utilisation conditionne aussi bien sûr le choix du modèle de vélo électrique : une balade de temps en temps ou un usage intensif sur un trajet domicile-travail quotidien en toutes saisons, ne va pas orienter vers les mêmes modèles.

La qualité du modèle et des composants entrent aussi en jeu ; le budget à prévoir sera plus élevé sur un vélo capable d’être utilisé intensivement pendant des années.

N’oubliez pas qu’un vélo électrique est souvent plus utilisé que ce qu’on imagine au départ en l’achetant, car il est facile d’utilisation et adapté pour des trajets plus longs que ceux que l’on réaliserait sur un vélo naturel.

Sur quel parcours vais-je utiliser mon vélo électrique ?

La première question que devrait poser votre vélociste lors de votre première prise d’information est la suivante : « Qu’est-ce que vous allez faire avec votre vélo électrique ? », ce qui sous-entend : quelle utilisation, quel kilométrage, et quel type d’infrastructure (piste cyclable, route, chemin, etc.).

Le type de parcours va en effet orienter le cycliste vers des équipements spécifiques :

  • Motorisation : pédalier, roue avant, roue arrière
  • Batterie : 400, 500, 600 Wh
  • Freinage : patins sur jante, à tambour, hydraulique sur jante, hydrauliques à disques
  • Transmission : dérailleur classique ou moyeu à vitesses intégrées

Si on a beaucoup de relief sur ses trajets (côtes à plus de 10%), il faut choisir un moteur adapté. Les fabricants proposent maintenant des motorisations avec des caractéristiques différentes, qui conviendront selon les usages, par rapport au dénivelé et au ressenti.

Pour une utilisation ville uniquement, avec des navettes domicile-travail, c’est un vélo à assistance électrique de ville, pratique et confortable, qui fera l’affaire avec une orientation confort ou dynamique selon le tempérament du cycliste.

Une très longue distance impactera le choix de la batterie : entre 5 et 20 kilomètres, une batterie de petite capacité suffira, mais sur des trajets au-delà de 20 km/jour, il conviendra de choisir une batterie d’au moins 500 Wh pour éviter de devoir le recharger trop fréquemment.

Il sera aussi nécessaire au préalable d’évaluer le kilométrage. Une petite astuce à garder en tête : il est conseillé d’estimer la distance moyenne parcourue habituellement en y ajoutant 10%. En effet, par expérience, le vélo électrique est tellement pratique et facile d’utilisation, que l’on aura tendance à l’utiliser plus, au détriment d’autres modes de transport que l’on avait habituellement. Il serait dommage de sous-dimensionner la capacité de la batterie en sous-estimant le nombre de kilomètres parcourus.

Deux cyclistes qui randonnent sur des vélos électrique Moustache

Essayer son vélo électrique pour faire le bon choix

« Je recherche le meilleur moteur de vélo électrique du marché ». La demande peut faire sourire et pourtant on l’entend régulièrement chez les vélocistes. Pour autant, il n’existe pas de réponse unique, et c’est pour cela que le test est incontournable sur un VAE dédié, parfaitement réglé et prêt à rouler.

Une fois que les besoins du cycliste sont recueillis, le vendeur doit proposer un essai sur un vélo qui lui semble convenir au profil de la personne. Et c’est en fonction du retour de l’utilisateur qu’il orientera vers telle ou telle marque, tel ou tel modèle au tarif adapté à son budget.

On constate que deux personnes qui partent essayer le même modèle de vélo n’ont souvent pas le même ressenti en fonction de leur expérience, de leur niveau de pratique, de leurs attentes : pour l’un, le « moteur a la pêche », pour un autre, « il n’est pas très confortable », et c’est en affinant le ressenti par l’échange avec le vendeur, que celui-ci sera à même de proposer d’autres modèles répondant précisément aux besoins du client. C’est ainsi que le choix se fera naturellement.

L’essai est aussi l’opportunité de se détacher des spécifications techniques du vélo électrique et de ressentir personnellement ses propriétés. Par exemple, la question du poids, récurrente en France (alors qu’en Allemagne ou en Hollande, c’est très secondaire), peut se ressentir très différemment selon les modèles en particulier selon la rigidité du cadre et en fonction de l’équilibre avant/arrière.

Le vendeur, à la question, « Combien pèse-t-il ? » pourra alors vous suggérer : « Essayez et après vous me dites lequel est le plus léger ». Vous pourrez être surpris !

Certaines boutiques proposent un essai autour du magasin, d’autres offrent la possibilité d’un essai-location sur 24H et même jusqu’à 48-72H, dont le montant est le plus souvent déductible en cas d’achat.

Cliente en train de choisir son vélo électrique à Cyclable Lyon 6

Anticiper l’entretien de son VAE au moment de l’achat

Choisir un vélo électrique de qualité est un critère essentiel pour s’assurer de rouler serein en toutes circonstances. Au-delà de la qualité des composants, de la longévité de la batterie, cela permet aussi de s’assurer de la disponibilité des pièces détachées pour son vélo.

La question du lieu de résidence est aussi un critère : selon que l’on habite au cœur de Paris ou dans un village isolé en province, la présence d’un vélociste formé aux technologies de l’e-bike à proximité de chez soi, n’est pas toujours évidente.

Le diagnostic de certains dysfonctionnements ne pourra évidemment pas se faire à distance, il faut donc s’assurer de la qualité générale du vélo électrique et de ses composants. Les marques renommées en la matière, proposant des motorisations sérieuses et un service après-vente efficace, évitent tout risque de pépin mécanique ou électronique ultérieur.

Changer certains composants pour adapter son vélo électrique à son utilisation

Nous l’avons vu, les fabricants sérieux s’attachent à offrir une cohérence globale entre le cadre et périphériques lors de la conception de leurs vélos électriques ; toutefois, il peut être utile de changer certains composants du VAE afin de le rendre encore plus confortable ou en tous cas plus adapté à ses besoins.

Des adaptations sont possibles, en particulier concernant les pneumatiques et les selles :

  • Changer de pneus : la plupart du temps, il s’agit de monter des pneus avec une section plus large, si les garde-boues du VAE le permettent, ce qui accroit le confort sur le vélo. Certains utilisateurs préfèrent des modèles plus crantés, afin d’avoir une meilleure adhérence. Enfin, beaucoup choisissent des pneus avec une protection Kevlar renforcée, pour limiter au maximum le risque de crevaison.
  • Adopter une selle en cuir ou en gel : il faut choisir la selle en fonction de la largeur de ses ischions. Ce préalable permet de préserver les parties molles ainsi que le périnée, qui sont en appui sur la selle.
    D’autres adaptations sont possibles et doivent se faire en fonction des attentes du cycliste :
  • Monter une nouvelle tige de selle : opter pour une tige de selle suspendue ou mieux encore, pour un parallélogramme permet d’amortir les secousses, notamment au niveau du dos. Pour les seniors qui peuvent avoir de la difficulté à monter sur le vélo, la tige de selle télescopique facilitera l’enjambement.
  • Changer les roues : on peut choisir des roues plus résistantes et donc plus durables dans le temps que celles qui sont montées en première monte. Mais cela reste une opération qui sera faite plutôt dans un magasin sportif, donc de façon marginale, les fabricants adaptant déjà leurs roues à l’utilisation prévisible du vélo.
  • Choisir un autre cintre : pour une question de confort, certains cyclistes se sentent mieux avec un guidon cintré vers eux, plutôt qu’un guidon plat qui suppose une position plus dynamique.
  • Changer les pédales : vous pouvez être amené à choisir des pédales plus larges et avec picots pour avoir une surface d’appui plus importante, ou bien pour ceux qui utilisent leur VAE au quotidien, des pédales avec grip afin de préserver vos chaussures de ville.
  • Monter des poignées ergonomiques : elles accroitront encore le confort sur le vélo.

Tous ces éléments permettent de mettre en lumière que les fabricants ont pensé chaque modèle de VAE de façon globale avec une cohérence de chaque composant. Tout est lié : taille des roues, motorisation, périphériques, freinage, batterie, transmission…

Seul un professionnel, ayant parfaitement en tête les questions techniques et ayant par lui-même testé les vélos sera à même de vous conseiller en fonction de votre utilisation, ce qui sera ensuite validé par un test en situation réelle.

Cycliste dans un magasin de vélo avec un vendeur intervenant sur son vélo électrique