Quels sont les avantages de la draisienne ?

Que veut dire draisienne ? Quels sont les intérêts d’une draisienne ? Est-il indispensable pour un enfant de commencer l’apprentissage du vélo par la draisienne ? Il est nécessaire d’évoquer le fonctionnement de la draisienne et certaines étapes du développement psychomoteur de l’enfant pour répondre à ces questions.

Comment fonctionne une draisienne ?

Petit rappel des forces physiques :

La draisienne, comme le vélo, a seulement deux appuis au sol. Un petit rappel des forces physiques est nécessaire pour expliquer en quoi la vitesse est nécessaire pour tenir en équilibre sur un deux-roues : la gravitation et la force centrifuge.

C’est le cycliste qui maintient l’équilibre, en utilisant le poids de son corps et la direction du guidon : lorsque le vélo penche à droite, le cycliste va rétablir l’équilibre en penchant légèrement celui-ci vers le côté gauche, et vice-versa. Avec un minimum de vitesse, l’énergie cinétique facilitera la stabilité.

Voir nos modèles de draisienne

Quels sont les éléments technique d’une draisienne ?

La draisienne ne possédant ni pédalier ni transmission, c’est une sorte de vélo simplifié à l’extrême : elle se compose toutefois d’une partie cycle dont il est nécessaire d’apprécier la qualité :

  • Cadre (celui-ci doit apporter confort, souplesse, rigidité, légèreté)
  • Roues (jantes, roulements, pneumatiques, chambres à air…)
  • Jeu de direction
  • Composants périphériques (selle, tige de selle, poignée, guidon…)

Comment l’enfant se déplace sur une draisienne ?

L’enfant va prendre appui sur ses pieds pour s’élancer. Il va poser successivement un pied puis l’autre au sol, en le ramenant de l’avant vers l’arrière, ce qui va progressivement donner de la vitesse à la draisienne.
Une fois lancé, il suffit de lever les pieds ou bien de les grouper sous son corps afin de pouvoir profiter pleinement de la sensation de glisse.

Enfant en plein élan sur vélo en bois

Quel est l’intérêt d’une draisienne ?

Apprentissage de l’équilibre :

C’est le principal argument des parents qui optent pour une draisienne. L’enfant, sans s’en rendre compte, va rétablir l’équilibre avec le poids de son corps et de très légers mouvements du guidon.
Il pourra ainsi passer sans difficulté sur un vélo, après avoir acquis l’équilibre dès son plus jeune âge.

Développement des réflexes :

L’utilisation de la draisienne stimule l’enfant et l’incite à gérer en douceur le déplacement du poids de son corps d’une jambe à l’autre, et donc l’équilibre. C’est aussi l’occasion d’apprendre à gérer la direction, la vitesse et le passage de l’arrêt au mouvement ou l’inverse. L’enfant pourra aussi tester ses propres limites et prendre des risques tout à fait mesurés, afin de gagner en confiance au niveau de ses compétences physiques.

Stimulation de la coordination des membres :

Sur une draisienne, l’enfant pousse alternativement sur un pied puis sur l’autre ; il doit aussi gérer le transfert d’un appui à un autre et rattraper le déséquilibre. C’est donc une stimulation constante au niveau de la coordination de son corps.

Enfant qui se déplace sur un vélo d'apprentissage

Apprentissage de l’autonomie

C’est aussi la première fois que l’enfant s’éloigne aussi rapidement de ses parents : cette prise de distance est une nouveauté pour son âge, lui qui avait l’habitude jusqu’ici de se déplacer à faible allure.
Et pour les parents ? C’est aussi le moment de se préparer aux débuts de l’autonomie, qui se poursuit ensuite avec l’usage du vélo.

La draisienne recommandée dans les programmes de l’Education Nationale :

En septembre 2015, la draisienne apparait dans les programmes scolaires pour la maternelle (Cycle 1) : son usage est recommandé pour développer l’équilibre de l’enfant. Le programme Eduscol souligne qu’ « en utilisant des engins roulants, glissants (trottinettes, draisiennes, patins, échasses…) », il est possible de stimuler le travail de rééquilibration de l’enfant.

L’enfant et le mouvement

Petit rappel des étapes de développement chez un enfant :

Sytnhèse étapes développement de l'enfant

A quel âge un enfant peut-il faire de la draisienne ?

Au vu de ces étapes qui correspondent à un âge moyen, l’apprentissage de la draisienne est idéal à partir de 2 ans ou 2 ans ½ selon l’enfant. Certains auront besoin de plus de temps pour apprivoiser la notion de déséquilibre et savoir se ré-équilibrer.

Les différentes étapes de l’apprentissage de l’équilibre sur une draisienne

Apprivoiser sa draisienne :

Il s’agit d’abord d’apprendre à la manipuler : savoir la tenir, orienter le guidon, la guider à pied.

Petite fille poussant une draisienne moustache

Enfourcher sa draisienne :

Selon son âge, l’enfant aura besoin d’être soutenu pour enfourcher sa draisienne ou bien n’aura aucun mal à se mettre à califourchon dessus.
S’il n’a jamais fait de draisienne, il sera peut-être désorienté de voir que celle-ci ne tient pas en équilibre toute seule, contrairement à un tricycle, par exemple.

Premiers pas sur deux roues :

L’envie est là : faire rouler son « premier vélo » ! Les premiers pas sont hésitants, l’enfant tente plusieurs solutions : un mouvement symétrique des jambes d’avant en arrière comme sur un porteur classique, puis naturellement, il commence à alterner le mouvement entre jambe gauche et jambe droite.

Enfant commençant à se déplacer avec une draisienne

Acquisition de la vitesse :

Au bout de quelques heures, quelques jours, quelques semaines, et ce selon l’âge de l’enfant, la confiance grandit et il commence à s’élancer plus avant. La poussée sur les jambes est mieux maitrisée, plus forte et la draisienne tient en équilibre même si les pieds ne sont plus au sol. Les premières fois où l’enfant se rend compte de ce phénomène physique, c’est comme si c’était de la magie ! Et progressivement, il lève les pieds, joue avec les virages, les arrêts et redémarrages.
Si la draisienne possède un repose-pied, il posera ses pieds dessus à pleine vitesse et pourra ainsi utiliser pleinement son corps pour rattraper l’équilibre et slalomer entre les obstacles.

A toute allure :

Il convient de toujours rester à proximité d’un enfant à draisienne, et ce car la vitesse atteinte est plus importante qu’à pied (le parent court souvent à côté !) et en particulier dans les pentes ou les endroits dangereux (escaliers, route fréquentée, etc…).

Petite fille roulant sur draisienne à vive allure

Apprentissage du freinage :

Le premier mode de freinage des enfants se fait avec les pieds bien à plat sur le sol. Les enfants passent tous par cette étape : spontanément, retrouver les appuis au sol rééquilibre le tout.
Plus tard, vers 2 ans 1/2 ou 3 ans, l’enfant commencera à utiliser le frein, si celui-ci est bien réglé à la taille de sa main et qu’il n’a pas de difficulté à le presser. Par contre, l’apprentissage de la distance de freinage est un peu plus long et nécessite des expérimentations !

Apprentissage de la direction :

L’apprentissage de la direction se fait assez naturellement, avec les premières courbes prises par l’enfant.

Quelle vitesse sur une draisienne ?

Pour tenir en équilibre sur deux roues, il faut avoir un élan suffisant, ainsi, l’enfant va se rendre compte assez rapidement que dès qu’il se propulse avec ses jambes, il a la possibilité de soulever ses pieds du sol et de profiter de cette sensation de glisse que procure la draisienne.

Un enfant de 2ans 1/2 – 3 ans qui maitrise depuis plusieurs mois roule à environ 5 km/h (marche rapide) et peut sprinter à 8/10 km/h au plat ! En descente, cela dépend de la pente !

Deux enfants jouant avec un vélo en bois

La draisienne en débat

Quelle norme UE pour une draisienne ?

Il est indispensable de s’assurer au moment de l’achat que la draisienne, classifiée comme un jouet, est bien en conformité avec la norme européenne EN71. Cette norme mise en place par l’Europe concerne les jouets importés ou fabriqués en Union européenne.

Logo norme EN71

Quelles protections utiliser avec une draisienne ?

Le casque est absolument indispensable : dès les premiers tours de roue, ne serait-ce que pour que l’enfant ait le réflexe de s’équiper systématiquement avant d’utiliser son deux-roues : une fois ce réflexe acquis, c’est pour la vie !

Deux enfants portant un casque de vélo

Un pantalon est bien utile afin de bien protéger les genoux. Par contre, aucune autre protection (coudières ou genouillères) n’est indispensable sur une draisienne.

Quels sont les risques avec une draisienne ?

L’avantage, avec une draisienne, est qu’un enfant qui n’est pas encore capable de s’en servir (par manque de tonicité musculaire ou par appréhension), ne pourra la maintenir entre ses jambes. Ce n’est qu’une fois qu’il se sentira suffisamment en confiance et capable qu’il pourra manœuvrer le vélo. C’est ainsi que l’enfant progresse vraiment à son rythme.

Comme sur une trottinette ou un vélo, le risque principal est lié aux voitures. Il faut absolument s’assurer que l’enfant roule dans des lieux totalement sécurisés (piste cyclable, rues piétonnes, jardin public…). L’autre risque est la vitesse. Si l’enfant roule sur du plat ou sur une très légère pente, la draisienne ira à une vitesse faible. Par contre, dans une pente avec une forte déclivité, la draisienne peut rapidement prendre de la vitesse sans que l’enfant puisse s’arrêter.