Intermodalité : combiner le vélo pliant et les autres moyens de transport

Le vélo pliant est idéal pour passer d’un moyen de transport à un autre, encore faut-il bien connaître la législation des transports publics pour utiliser de façon optimale cette intermodalité.

L’Insee, dans sa dernière étude aurait pu proposer une mode mixte : vélo + transport en commun. A aucun moment cela n’apparait dans cette étude, ce que l’on peut regretter. Mais cette donnée, de plus en plus présente dans les métropoles, sera sûrement représentée dans l’une des études ultérieures.

Graphique indiquant les différents modes de transport des actifs

Source : Insee

Le vélo pliant permet une flexibilité extraordinaire pour le citadin multimodal, toujours pressé et avec pour objectif d’optimiser au mieux ses déplacements.

Associer vélo pliant et train

Rouler jusqu’à la gare la plus proche de chez soi, plier son vélo et le glisser dans son sac de transport, monter dans le train jusqu’à la prochaine gare puis déplier son vélo et parcourir les derniers kilomètres semble tellement logique. Le vélo pliant semble être fait pour se loger dans les petits espaces puisqu’il s’apparente de fait à un bagage à main. C’est sans doute ce qui explique partiellement l’évolution de ses ventes.

Les compagnies ferroviaires en Europe évoquent parfois le vélo pliant dans leurs communications, mais parfois il est simplement inexistant. Il est intéressant de faire un tour d’horizon de la prise en compte du vélo pliant.

En France : le vélo pliant et la SNCF

Sur le transport de vélo, on peut constater un peu de confusion au niveau de la SNCF, dont le site propose plusieurs pages sur la thématique.

Capture d'écran du site SNCF indiquant qu'il est possible de voyager avec son vélo

Source : site SNCF

Le vélo pliant n’est pas présenté comme un vélo spécifique, on le catégorise juste comme l’équivalent d’un « vélo démonté ». Dans tous les cas, on peut monter avec son vélo dans le train, selon certaines conditions, et même en 1ère classe si le vélo est plié et sous housse (qui doit mesurer au maximum 90 x 120 cm).

Capture d'écran site SNCF indiquant qu'il faut que le vélo soit plié et sous housse pour le transport en 1ère classe

Source : site SNCF

Il suffira, à la réservation, de mentionner, que l’on possède un vélo « plié », ce qui sous-entend qu’il est considéré comme un bagage.

Capture d'écran site SNCF réservation de billet avec vélo

Source : site SNCF

Cycliste sur le quai d'une gare avec son vélo pliant plié à la main

En Allemagne : la DeutschBahn accueille clairement les vélos pliants

En Allemagne, un paragraphe détaille précisément le fait qu’un vélo pliant est considéré comme un bagage à main, sous réserve qu’il soit rangé en toute sécurité sous ou sur le siège.

Capture d'écran de la page concernant le transport de vélo sur le réseau ferroviaire allemand

Source : site DeutschBahn

En Italie, pour les Ferrovie dello Stato, avoir un vélo pliant, c’est très bien !

« Vous avez une bicyclette pliante ? Très bien » : la mention figure dans la Foire Aux Questions dédiée aux transports particuliers ; le site indique à l’utilisateur qu’il lui suffit de plier le vélo et de le ranger dans les espaces réservés aux bagages. Une seule restriction, le vélo pliant doit rester immobile pendant le voyage.

Capture d'écran site Trenitalia concernant le transport de vélo dans le train en Italie

Source : site Trenitalia

Au Royaume-Uni, les compagnies de train amies du vélo pliant

Pour les transports au Royaume-Uni, le vélo pliant est pris en compte à part entière : il est possible de monter dans le train avec, y compris durant les heures de pointe, gratuitement, sous réserve que les roues ne dépassent pas 20 pouces.
Les vélos pliants sont clairement distingués des autres types de vélo, et sur le site thetrainline.com, une infographie très bien faite, détaille ce qui est possible en ce qui concerne le transport de vélo. Le vélo pliable est particulièrement visible.

Capture d'écran de la page indiquant les modalités de voyage avec un vélo au Royaume-Uni

Source : site Trainline

Capture d'écran indiquant les formalités de transport d'un vélo au Royaume-Uni

Source : site Trainline

Infographie détaillant les possibilités de transport d'un vélo pliant dans le train au Royaume-Uni

Source : site Trainline

Le vélo pliant en Suisse, des restrictions liées à l’hygiène

En Suisse, une seule mention concernant les vélos pliables, qui concerne de façon assez étonnante, l’hygiène :
On peut imaginer que la compagnie ne souhaite pas avoir à gérer de voyageurs qui aurait eu ses bagages salis à cause du transport d’un vélo pliant non protégé à son contact.

Capture d'écran indiquant les formalités de transport d'un vélo pliant en Suisse

Source : site SBB

Avec la SNCB, en Belgique, le transport de vélo pliant est gratuit

En Belgique, il est bien mentionné sur le site de la SNCB que le transport de vélo pliant est gratuit si le vélo est plié même pendant les heures de pointe. Aucune restriction n’est indiquée et il est même spécifié « A votre descente du train, vous êtes libre de vous rendre où bon vous semble » !

Capture d'écran site SNCB indiquant les modalités de transport d'un vélo dans les trains belges

Source : site SNCB

En Hollande, le vélo pliable bien accueilli

Le vélo pliant est bien mentionné et son transport est gratuit et non limité pendant les heures de pointe, sans condition de mise sous housse.

Capture d'écran de la compagnie ferroviaire hollandaise indiquant les modalités de transport d'un vélo pliant en train

Source : site NS

En Espagne, la RENFE accueille les vélos pliants ou démontés

Capture d'écran indiquant les modalités de transport de vélo dans un train espagnol

Source : site RENFE

En Espagne, comme en France, il n’existe pas de vraie distinction entre vélo plié et vélo démonté.

Multiplier les possibilités avec vélo pliant et camping-car

Le vélo pliant a de nombreux avantages en combinaison avec un camping-car :

  • Il agrandit largement le périmètre de découvertes : il facilite les déplacements, à la campagne comme en ville : pas besoin d’étudier le réseau de transports en commun local : on enfourche son vélo et on peut aller faire du tourisme !
  • Il limite le risque de vol
  • Il évite d’avoir à fixer un porte-vélos et à manipuler les vélos à l’arrière.

Afin de profiter pleinement des avantages du vélo pliant en association avec un camping-car, il conviendra de bien vérifier l’encombrement du vélo une fois plié et de voir selon le mode de pliage la praticité pour glisser celui-ci dans la soute.
Enfin, il faudra vérifier si le vélo tient en équilibre debout ou le cas échéant, le fixer avec un tendeur pour qu’il ne bascule pas.
Un vélo pliant grande taille conviendra si la soute est suffisamment grande pour le stocker et sera d’autant plus agréable à rouler ensuite, surtout si on souhaite faire de longues randonnées.

Combiner le vélo pliant et la voiture

Le vélo pliant en association avec la voiture peut être utile soit sur des trajets quotidiens, soit pour des escapades touristiques, en ville ou à la campagne. Un vélo ultra-pliant se glisse facilement dans le coffre d’une voiture, y compris une citadine ou une petite berline.

Le pliable permet de se passer d’un porte-vélo : ceux-ci sont souvent onéreux, pas toujours simples à installer, et obligent le plus souvent à porter le vélo à bout de bras.

Le vélo pliant est souvent plébiscité par les seniors qui souhaitent continuer à faire du vélo, mais pour qui les contraintes du porte-vélos deviennent un vrai frein à cette utilisation.

La compacité n’est pas un critère prépondérant pour les personnes qui souhaitent combiner vélo et vélo : même si le vélo pliant possède de grandes roues, il n’aura pas de mal à se loger dans le coffre de la voiture.

Combiner la voiture et le vélo pliant permet de sortir facilement d’une ville en évitant les axes dangereux. On sort de la ville en voiture, et dès qu’on a atteint la campagne, il suffit de se garer et de déplier les vélos pour une petite promenade à la campagne.

Mais le vélo pliant peut aussi servir pour aller découvrir une autre ville : il permet d’éviter de rentrer en voiture au cœur de la ville : il suffit de trouver un parking-relais, puis de déplier son vélo pour atteindre facilement le centre historique.

Homme rangeant deux vélos pliables dans le coffre d'une voiture en ville

Comment utiliser le réseau de transports en commun de sa ville avec un vélo pliant ?

La possibilité d’emporter avec soi son vélo dans les transports publics nécessite des aménagements spécifiques, et en France, nous sommes encore loin de solutions comme le porte-vélo derrière le bus, mais dans 73% des cas, il est pris en compte :

Graphique indiquant la part des collectivités qui ont un portail d'information multimodal

Source : étude GART (2015)

Le vélo classique est donc le plus souvent toléré, à certaines conditions dans les transports en commun de nos villes ; il est souvent interdit :

  • Lors des heures de pointe
  • Sur certains types de transport (bus, tram, etc.)
  • Sur certaines lignes très fréquentées
  • […]

En outre, pour les voyageurs qui laissent leur vélo à la gare, il faut prévoir un abri aménagé et parfaitement sécurisé.
Il n’existe pas de vélo pliant pour transport en commun ; toutefois, la plupart des modèles de vélos pliants s’adaptent facilement au transport dans un bus ou un tram : une fois qu’il est plié et rangé dans sa housse, il ne gêne pas plus qu’une valise un peu volumineuse.
Il est intéressant de faire un tour des plus grandes villes françaises pour voir la prise en compte du vélo pliant dans ses transports en commun.

Vélo pliant et RATP (Paris)

Sur le site de la RATP, il n’est fait mention du vélo pliant à aucun moment. Le vélo n’est pas accepté sur le réseau RATP, sauf sur la ligne 1 du métro le dimanche et jours fériés, en journée. Par contre, des infographies très claires informent sur le partage de la route et les bonnes pratiques de cohabitation entre le vélo et les autres modes de transports, individuels ou collectifs.

L’usager qui transporte un vélo sur le réseau de la RATP s’expose une amende de 60 € (amende pour transport d’ « objet gênant »).

Le vélo pliant conseillé par la SNCF Transilien

Il est possible de voyager avec un vélo en-dehors des périodes de forte affluence sur le réseau Transilien, et le recours au vélo pliant est pleinement conseillé :

Capture d'écran site Transilien conseillant de privilégier l'utilisation d'un vélo pliant

Source : site Transilien

Il est toutefois mentionné que les vélos pliants doivent être pliés et même si le recours à la housse n’est pas strictement obligatoire, il faut s’assurer que le vélo ou l’un de ses accessoires ne risque pas de « blesser quelqu’un ou d’endommager d’autres bagages ».

Vélo pliant et TCL (Lyon)

Dans l’article 15 du règlement du réseau, les types de vélos sont clairement différenciés et « les vélos pliés acceptés » (donc sans aucune restriction contrairement aux autres types de vélos.

Capture d'écran site TCL indiquant les modalités de transport d'un vélo

Source : site TCL

Vélo pliant et TBM (Bordeaux)

A Bordeaux, il est simplement mentionné que les vélos ont accès aux TBM sous réserve de l’affluence constatée ; le vélo pliant est explicitement cité, puisque c’est le seul type de vélo qui pourra monter dans le bus.

Capture d'écran du site TBM indiquant que les modalités de transport d'un vélo pliant dans le bus

Source : site TBM

Vélo pliant et TAN (Nantes)

A Nantes, le vélo est accepté sous certaines conditions et le vélo pliant est accepté dans les autobus (vélo de location Cyclotan ou vélos équivalents) :

Capture d'écran indiquant les modalités de transport d'un vélo sur réseau TAN

Source : site TAN

On notera tout de même que le Centre régional information jeunesse (CRIJ) Pays de la Loire propose une subvention à l’achat d’un vélo pliant pour les abonnés au TER des Pays de Loire.

Enfin, d’autres métropoles mettent en avant la complémentarité vélo + transports publics mais n’envisagent même pas la possibilité du vélo pliant (Marseille, Toulouse, etc.).

Prendre l’avion avec son vélo pliant

Les vélos, qu’ils soient pliants ou non, sont le plus souvent considérés comme des équipements sportifs ou des « bagages spéciaux » par les compagnies aériennes.

Il est possible de les transporter avec soi en avion, sous réserve qu’ils ne dépassent pas un poids total de 23 kg environ.

Il faudra donc les enregistrer comme tels avant l’embarquement. Dans certains aéroports, cet enregistrement se fait dans une salle spécifique et non au comptoir d’embarquement, il faut donc prévoir suffisamment de temps pour réaliser cette démarche.

Dans tous les cas, les vélos pliants ne peuvent jamais être emmenés comme des bagages à main, et doivent donc toujours être enregistrés pour passer en soute.

Pour ce qui est des vélos pliants à assistance électrique : la plupart des compagnies aériennes n’acceptent pas les vélos électriques, ou consentent à transporter le vélo sans sa batterie, qui est considérée comme une « matière dangereuse ».

Voici un exemple de Bromptonien qui voyage au bout du monde toujours accompagné de son fidèle vélo pliant anglais :

Conseils pour voyager en avion avec son vélo pliant

Le plus grand risque, lorsqu’on voyage avec son vélo pliant, est de retrouver celui-ci endommagé suite à la prise en charge des bagages, qui sont souvent traités rapidement et avec peu de soin…

Pour voyager en avion, il est conseillé d’avoir recours à une valise rigide ou à une boite de transport pour vélo afin de protéger son vélo pliant. Celle-ci amortira les chocs. A l’intérieur, il ne faut pas hésiter à entourer les composants de mousse pour éviter tout frottement ou choc. Une simple housse en tissu ne suffit pas à protéger le vélo et les composants, il y a des risques de casse ou d’endommagement des périphériques.

Enfin, un détail qui compte dans la préparation du voyage : il est recommandé de dégonfler les pneus du vélo, qui risquent d’être endommagés avec la pression, en altitude, en particulier s’ils sont gonflés au maximum.

Les compagnies aériennes qui mentionnent le vélo pliant

Parmi les grandes compagnies aériennes, très peu mentionnent le vélo pliant, et toujours au milieu des autres types de vélo :

Ex. Air France :

Capture d'écran site Air France indiquant comment conditionner son vélo avant de monter en avion

Source : site Air France

Ex. : KLM :

Capture d'écran site KLM indiquant les modalités de transport d'un vélo en avion

Source : site KLM

Embarquer sur un bateau avec un vélo pliant

En mer comme en fluvial, pour toute escale, le terrain de jeux est vite limité si on ne possède pas de moyen de transport complémentaire au bateau. Selon le bateau sur lequel on navigue, emporter un ou deux vélos est parfois délicat, sans compter qu’il faut les cadenasser sur le pont pour éviter tout risque de vol.

Le vélo pliant est une solution pratique et simple à mettre en œuvre : plié, il trouve naturellement sa place dans un coffre ou dans la cale, et déplié, il permet de rayonner autour du bateau, soit pour les loisirs, par exemple pour découvrir la région, soit pour des éléments logistiques, par exemple pour aller faire les courses essentielles. Dans le cas où le vélo pliant est utilisé de façon fonctionnelle, il faut vérifier qu’il soit bien équipé d’un porte-bagages et que celui-ci ait une charge utile suffisante en fonction de ses besoins de transport.

En fonction de la taille du bateau, et de l’emplacement qui sera dédié aux vélos, il faudra étudier le volume de chaque modèle pour voir lequel conviendra le mieux.

En bateau, il est indispensable de s’assurer que le vélo sera manipulable aisément pour passer du quai ou ponton flottant au pont. Selon les cas, il sera éventuellement plus simple de déplier le vélo et de ne le plier qu’au moment de le ranger.

Enfin, il faut avoir en tête pour ceux qui partent avec leur voilier à l’autre bout du monde, que dans certaines lointaines destinations, le port du casque est obligatoire (Nouvelle Zélande, Australie, etc.). Des casques pliants existent, afin de tenir le moins de place possible. A ne pas oublier car les policiers australiens ne plaisantent pas avec les contrevenants et l’amende est salée…

Au moment de l’achat, il faudra bien mentionner au vendeur qu’il s’agit d’un vélo pliant pour naviguer en mer. Le conseiller vous orientera sans doute vers un vélo en aluminium (pour éviter tout risque de corrosion). Il faudra aussi être particulièrement attentif à réaliser un entretien très régulier sur toutes les parties qui servent de charnières, ainsi que de la chaîne.

Couple avec des vélos pliants dans un port de plaisance