Foire aux questions sur le vélo pliant

Tout est dans le nom « pliant » : le vélo se veut compact, mais il doit rester ergonomique et pratique à rouler. Un véritable challenge pour les fabricants, qui doivent jongler avec un cahier des charges aux contraintes presque contradictoires. En ce sens, il n’existe pas de vélo pliant parfait : il faut simplement s’attacher à positionner le curseur de ses besoins au mieux.

Combien de temps faut-il pour plier un vélo pliant ?

Selon les modèles, il faut au cycliste rompu à l’exercice de quelques secondes à quelques minutes pour plier et déplier son vélo.

Les marques proposent toutes des tutoriels vidéo pour faciliter l’apprentissage du pliage/dépliage, et en magasin, les conseillers prennent le temps de faire manipuler le vélo par la personne qui souhaite l’acquérir.

La majeure partie des vélos pliants peuvent être pliés et dépliés sans outil (mis à part le Moulton, qui est un vélo décomposable plus que pliable). En effet, ces vélos sont faits pour être manipulés et pliés fréquemment, au quotidien.

Enfin, au-delà de la rapidité de pliage, il faut aussi prendre en compte le fait que sur certains modèles, il faut régler à chaque fois la hauteur de selle et de potence, ce qui n’est pas le cas sur d’autres. Ce temps est à prendre en compte dans le temps global de pliage et de dépliage.

Cycliste pliant son vélo birdy

Quel volume occupe un vélo pliant une fois plié ?

Le premier argument pour choisir un vélo pliant est souvent sa compacité : quel est le volume final que remplit un vélo pliant plié ?

Il faut cependant ensuite se poser les bonnes questions : la compacité n’est pas le seul élément à prendre en compte dans le choix d’un vélo pliant. Mais pour celui qui cherche le vélo qui tiendra le moins de volume, il est intéressant de prendre comme image un cube afin de voir le volume final rempli.

Vélo pliant Tern plié dans une cafétéria

tern shooting munich

 Comparatif des dimensions de 5 vélos pliants

  • Vélo pliant Birdy :

Dimensions (Lxlxh) vélo pliant Birdy

  • Vélo pliant Brompton :

Dimensions (Lxlxh) vélo pliant Brompton

  • Vélo pliant Tern Verge X10  :

Dimensions (Lxlxh) vélo pliant Tern

  • Vélo pliant Décathlon Tilt 5 :

Dimensions (Lxlxh) vélo pliant Tilt

  • Vélo pliant Mobiky Youri 16 pouces :

Dimensions (Lxlxh) vélo pliant Mobiky

Certains modèles de vélo pliant, comme le Mobiky peuvent être considéré comme des vélos pliants pour voilier : celui-ci peut se caler sur l’entrepont du bateau et permet au navigateur de quitter le port et les marinas lors de ses escales pour aller se ravitailler ou pour faire du tourisme un peu plus loin.

Mais l’ensemble des modèles de vélos pliants à la compacité importante se rangera facilement sur un bateau, dans une cabine ou sur le pont.

Faut-il pédaler plus vite sur un vélo pliant ?

La cadence de pédalage sur un vélo pliant :

On appelle « cadence de pédalage » le nombre de tours que fait une pédale pendant une minute. La vitesse du vélo pliant est intimement liée à la cadence de pédalage.

Les roues d’un petit diamètre induisent naturellement un rendement moins bon que sur un vélo classique en roues de 700, par exemple. Mécaniquement, un vélo pliant aura moins d’inertie, ce qui va nuire au rendement sur une vitesse de croisière ou sur une haute vitesse. Il sera de fait moins roulant qu’un grand vélo.

En effet, sur un vélo classique, la taille des roues permet une inertie qui entretient la vitesse avec un effort moindre ; sur un vélo pliant, cela demande un peu plus d’effort.

Mais ce comportement a aussi des avantages non négligeables :

  • Le vélo pliant a un comportement dynamique et joueur du fait de son côté maniable et habile.
  • Il a aussi plus de couple au démarrage : il est plus facile à relancer qu’un grand vélo. Ce qui en fait un atout précieux en ville où le cycliste est en permanence en train de s’arrêter et de redémarrer.
  • Dans les fortes pentes, il est plus agréable d’attaquer avec de petites roues ; il est plus aidant, du fait du couple plus important.

Il faut ajouter aussi que selon l’orientation d’utilisation du vélo, les fabricants optimisent le rendement en jouant sur la rigidité (cadre, roues, etc.) pour compenser le rendement moindre. Par exemple les vélos de la gamme Verge, chez Tern, a été travaillée dans une optique où tout est optimisé pour la rigidité et la performance.

Est-ce qu’un vélo pliant est aussi rapide qu’un vélo classique ?

Comme nous l’avons vu, avec des petites roues, on n’a pas le même rendement que sur des roues d’un diamètre de 650 ou 700. Les petites roues sont compensées par le développement dans les pignons.

Gros plan sur un vélo pliant roulant

Comparatif de développement sur 7 modèles de vélo pliant :

Le développement est la distance que parcourt un vélo lorsque le cycliste fait un tour de pédalier complet. Les développements du vélo sont en adéquation avec format des roues.

Nous avons choisi de proposer un comparatif de développement sur les marques Brompton et Tern. Le premier chiffre correspond au petit développement et le deuxième chiffre indique le plus grand développement (les données sont exprimées en mètre).

  • Brompton 6 vitesses standard : 2.64 / 7.98
  • Brompton 3 vitesses standard : 3.82 / 6.78
  • Tern Link B7 : 2.93 / 5.87
  • Tern Verge N8 : 2.45 / 7.14
  •  Tern Joe C21 : 2.05 / 7.03
  • Eclipse P20 : 2.11 / 9.05
  • Tern Link D16 : 1.96 / 7.28

Quel est le poids d’un vélo pliant ?

Qui souhaite acheter un vélo pliant cherche de fait un vélo léger ; toutefois, au-delà du poids, il est important de prendre en compte la maniabilité du vélo à la main : le Brompton est par exemple le plus compact de tous les vélos pliants, mais la sensation de son poids est tout à fait différente selon si le vélo est plié ou non : il est ainsi conseillé de ne le plier que sur de courtes distances, au dernier moment, par exemple lorsqu’on monte dans un bus et donc plutôt de le faire rouler sur des distances plus importantes.

Il est donc indispensable de prendre le temps de manipuler le vélo dans le magasin au moment de l’achat : le soulever, le plier, le déplier, le manœuvrer autour de soi et ce afin de sentir avec quel modèle on se sent le plus à l’aise.

Les femmes, par exemple, pourront préférer un vélo moins compact mais dont la manipulation est plus aisée à la main. En effet, le vélo peut facilement rouler plié et donc n’aura pas à être porté en permanence lorsqu’il n’est pas utilisé à rouler. De nombreuses marques, comme Brompton ou Tern, permettent cette utilisation « roulante » une fois que le vélo est semi-plié.

Enfin, il faut garder en tête les contraintes du quotidien et imaginer si tel vélo que l’on manipule aisément au sol en le faisant rouler sera pratique en période de pointe sur un quai de métro bondé.

Comparatif de poids entre 10 marques de vélos pliants

Le poids d’un vélo pliant dépend au départ du matériau utilisé : le plus léger est le titane, puis l’aluminium et enfin l’acier.

Afin de voir l’amplitude de poids proposée par les différentes gammes de vélos pliants, voici un comparatif sur 9 marques de vélos pliants.

Dans le cas où la marque propose plusieurs modèles, nous avons indiqué le poids le plus bas et le poids le plus haut. Dans le cas où la marque propose un seul modèle, nous avons indiqué son nom.

Comparatif de poids vélos pliants

En moyenne, un vélo pliant peut peser a minima autour de 9 kg et jusqu’à plus de 18kg s’il est équipé d’une assistance électrique (puisqu’il faut il faut rajouter le poids de la motorisation et de la batterie. Cela varie globalement en fonction du matériau, de ses composants et de ses équipements. Chaque modèle est à étudier spécifiquement. Par exemple, le modèle V’Lec pocket, qui a pourtant une assistance électrique, ne pèse que 10.6 kg.

Cycliste portant son vélo pliant

Comment gagner du poids sur un vélo pliant ?

Quelques astuces permettent de gagner un peu de poids sur un vélo pliable, par exemple :

  • Changer les pneus montés de série pour les substituer par des pneus plus légers (par exemple des pneus Kojak) ; les pneus anti-crevaison sont beaucoup plus lourds
  • Changer la selle et éventuellement la tige de selle
  • Enlever des composants non indispensables (ex. : carter de chaîne, garde-boue)
  • Changer certains composants pour les substituer par des composants en titane (certains puristes arrivent même à gagner quelques grammes en changeant la vis de serrage du Pentaclip sur le Brompton)

Il faut cependant souligner pour ceux qui recherchent un vélo pliable léger, voire un pliant ultra-léger, que la légèreté se fait au détriment de l’équipement. Pour exemple, sur le plus léger de tous les vélos pliants comparés ci-dessus, il n’y a pas de garde-boue, de porte-bagages, d’éclairage, etc.

En ce sens, ce vélo ne répondra sans doute pas à un usage vélotaf quotidien : le besoin de transporter une sacoche, d’avoir un éclairage fiable pour rentrer chez soi l’hiver, d’être protégé des salissures de la pluie et de la boue, etc.

Comme toujours en matière de vélo pliant, il faudra ainsi placer le curseur au plus juste en fonction de ce que l’on privilégie : besoin de légèreté ou réponse aux contraintes du quotidien.

Est-ce qu’un vélo pliant est aussi solide qu’un grand vélo ?

Certaines marques sont extrêmement durables ; il arrive dans les magasins Cyclable, de réviser des vélos Brompton qui ont plus de 30 ans ! Mais on voit souvent aussi passer des vélos pliants non durables, notamment au niveau du pliage, qui font du bruit dû à un jeu au niveau de la potence.

La solidité d’un vélo pliant diffère d’un vélo classique par deux aspects : car il se doit d’être ultra-compact et possède donc de nombreux points charnière, mais aussi des bras de levier plus importants, qui peuvent être fragiles.

Soudeur qui fabrique un cadre Brompton

Qualité des éléments de pliage

Le point faible et le risque principal sur un vélo pliant réside dans l’éventuelle faiblesse des points de pliage : certains vélos pliants de moindre qualité ont des charnières qui prennent du jeu, des manettes qui cassent, etc.

Mais comment peut-on évaluer la robustesse et la longévité d’un vélo pliant ? La solidité d’un vélo pliant dépend de ces éléments :

  • Matériau utilisé (en particulier pour le cadre et les roues)
  • Qualité des composants
  • Qualité des points de pliage et autres éléments de compacité (manettes, vis, etc.)
  • Brevets déposés par la marque au niveau des éléments charnière
  • Capacité de la marque à fournir des pièces détachées afin de faciliter le changement des pièces d’usure

Qualité des bras de levier

Sur un vélo pliant, afin de privilégier la compacité, il y a des bras de levier plus importants par rapport à un vélo classique. Ce sont donc des points stratégiques très sollicités, qui sont à vérifier :

  • Tige selle : la zone de l’insert est particulièrement travaillée par les fabricants sur un vélo pliant
  • Douille de direction : celle-ci travaille beaucoup plus du fait de sa hauteur et de l’appui du corps du cycliste.
  • Qualité et rigidité de l’ensemble potence-cintre : du fait de sa grande taille, il peut y avoir à terme un jeu désagréable sur les vélos pliants d’entrée de gamme

La qualité et la renommée des grandes marques se fait donc sur les brevets déposés et mis en œuvre sur les différents modèles, ainsi que sur la robustesse des points de pliage et des bras de levier.