Quel système de vitesses est le plus adapté pour un vélo à assistance électrique ?

La transmission (passage des vitesses) est un élément majeur du vélo électrique.

Chaque système existant est défini pour une utilisation, ou pour fonctionner avec une motorisation en particulier. Les critères de confort d’utilisation sont propres à chaque cycliste, qui privilégiera une technologie en fonction de ses préférences de fonctionnement, d’ergonomie et d’entretien.

Quels sont les systèmes de vitesses pour les VAE ?

Il existe deux systèmes de passages de vitesses :

  • Les transmissions par dérailleur

Les systèmes de transmissions des vitesses par dérailleur sont historiquement les plus répandus sur les vélos électriques. A ce jour, ils permettent d’avoir une amplitude de pédalage importante, et la diversité de l’offre permet des montages peu onéreux.

VTTAE en train de gravir une cote

  • Les transmissions par moyeux à vitesses intégrées

Les systèmes de transmission des vitesses intégrés au moyeu arrière, bien qu’inventés avant le dérailleur, sont moins répandues, mais équipent de plus en plus de vélos électriques urbains et de promenade.

Ces deux systèmes existent désormais également en version « électronique ». Le changement de vitesses n’est plus actionné mécaniquement, mais à l’aide d’un système électrique dont les réglages sont prédéfinis par un logiciel lors de l’installation. La personnalisation de ces systèmes permet de choisir entre des passages de vitesses manuels, automatiques ou semi-automatiques.

Femme à l'arrêt avec un vélo électrique

Les vitesses par dérailleur sont-elles fiables sur un vélo à assistance électrique ?

Oui, mais en prenant en considération que leur usure est accélérée comparée à un vélo non motorisé, notamment sur les vélos équipés d’un moteur pédalier.

Le moteur au pédalier d’un vélo à électrique va retranscrire l’assistance en tirant sur la chaîne. La force élevée avec laquelle le moteur va actionner l’ensemble de la transmission occasionne une usure plus rapide d’environ 30% qu’avec un vélo non motorisé. La chaîne et la cassette de pignons sont donc à renouveler plus régulièrement.

L’avantage principal du système de transmission par dérailleur réside dans sa réactivité. La manipulation du sélecteur au guidon se traduit directement par un mouvement de la chaîne sur les pignons, qui changeront instantanément de braquet, à partir du moment où le cycliste est toujours en action de pédalage. Compte tenu de l’action du moteur, qui tire la chaîne rapidement, le passage des vitesses se fait plus rapidement que sur un vélo non motorisé.

Combinant la réactivité et la plage d’utilisation, le système par dérailleur est à privilégier pour les activités à fort relief comme le VAE itinérant ou le VTTAE.

Une transmission par dérailleur offre une plus grande plage d’utilisation qu’un système de vitesses intégrées. A gamme égale, l’amplitude offerte par les pignons permet d’avoir des vitesses basses et hautes plus espacées que sur un moyeu de gamme équivalente. Ainsi, ce type de transmission est à privilégier pour les activités sportives ou de randonnée.

Faut-il privilégier les moyeux à vitesses sur un vélo à assistance électrique ?

Oui, si on est à la recherche de confort d’utilisation.

Le principal avantage d’un moyeu à vitesses est sa facilité d’utilisation. Les sélecteurs au guidon de ces systèmes sont très souples à la manipulation, et sont dotés de fonctionnements plus instinctifs. Une personne ne pratiquant pas régulièrement le vélo passera plus facilement ses vitesses sur un système intégré au moyeu.

L’action du sélecteur de vitesses va entraîner un changement dans le moyeu, qui occasionnera un changement de développement. Traditionnellement utilisé sur les vélos hollandais, ces moyeux à vitesses nécessitent de soulager le pédalage afin que le rapport de transmission s’opère mécaniquement. Sous tension, le rapport de transmission ne peut se changer correctement à l’intérieur du moyeu.

Sur un vélo à assistance électrique doté d’un moteur au pédalier, dont le fonctionnement implique un tirage constant de la chaîne en plein effort, le passage d’une vitesse sur moyeu est décalé.

Les fabricants de moteurs pédalier ont donc adapté leurs systèmes en les dotant d’une fonctionnalité, paramétrée en usine, détectant les changement de vitesses, et soulageant le pédalage l’espace de quelques millisecondes, afin que le rapport de transmission s’opère effectivement.

A ce jour, grâce à l’adaptation des motorisations d’une part, et des mécanismes de transmissions intégrés d’autre part, le passage des vitesses au moyeu alliées à un moteur pédalier s’effectue correctement.

Au quotidien, les moyeux à vitesses intégrées présentent plusieurs avantages :

  • Ligne de chaîne constante
  • Ergonomie
  • Protection de la transmission

La chaîne n’ayant pas à se déplacer d’un pignon à l’autre, elle s’usera moins vite sur un VAE équipé de cette transmission. Ceci garantissant une maintenance réduite.

Ne nécessitant qu’une seule manette au guidon couvrant l’ensemble des vitesses, ce système offre simplicité et confort d’utilisation. N’ayant pas besoin de pédaler pour changer de rapport, cette transmission est également pratique en utilisation urbaine, pour pouvoir changer de vitesse à l’arrêt, au feu rouge, ou après un freinage brusque, par exemple.

Alors qu’un dérailleur est souvent exposé à diverses projections, accélérant son usure, le système intégré est caché dans la roue. D’une construction robuste et comme protégé dans une coque, son mécanisme ne subit pas les agressions extérieures rencontrées en utilisation sur route ou chemins.

Quels sont les avantages d’un système de passage de vitesses électronique ?

Un système de transmission électronique va avoir plusieurs avantages, qu’il fonctionne sur une transmission par dérailleur ou avec un moyeu à vitesses intégrées.

Une transmission mécanique a besoin d’entretien régulier afin de vérifier les réglages. On doit s’assurer que les vitesses sont bien réglées, en bon étant de fonctionnement, pour que le passage s’effectue correctement, avec la réactivité exigée par le terrain sur lequel on roule. Un système de transmission électronique, comme les modèles Shimano Di2, ont pour avantage d’être calibrés. Que cette technologie soit couplée à un dérailleur ou un moyeu à vitesses intégrées, son fonctionnement est inscrit dans le logiciel de la transmission. Les réglages s’opèrent d’eux-mêmes évitant les approximations mécaniques en cas de réglages.

Les systèmes de passage de vitesse électroniques pour les moyeux intégrés quant à eux offrent différents modes :

  • Automatique
  • Semi-Automatique
  • Manuel

Les vitesses sont ainsi reliées au moteur qui, à l’aide de ses capteurs et de sa cartographie, va interpréter les variations de rythme pour offrir les meilleurs développements au cycliste. Ces systèmes existent sur les motorisations au pédalier de certaines gammes telles que Bosch, Yamaha ou Impulse.